Civilisation

LE RUGBY À LA CONQUÊTE DU MONDE – HISTOIRE ET GÉOPOLITIQUE DE L’OVALIE

Lundi 8 novembre 2021

« LE RUGBY À LA CONQUÊTE DU MONDE – HISTOIRE ET GÉOPOLITIQUE DE L’OVALIE »
Mme Carole GOMEZ Directrice De Recherche à l’INRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques

À la différence du football, le rugby demeure un champ relativement peu exploré par la géopolitique du sport. Il est pourtant riche d’histoires, de revendications et de contradictions. De sa naissance en Angleterre à la Coupe du monde 1995 dans une Afrique du Sud tout juste sortie de l’apartheid, en passant par sa mondialisation imparfaite, ses enjeux économiques croissants ou encore les débats permanents sur son évolution, le ballon ovale constitue, lui aussi, un formidable outil de compréhension du monde.

LES ETRUSQUES

Lundi 9 décembre 2019 à 15H00

« LES ETRUSQUES »
Mr Léo LO RE

Une présentation de cette civilisation un peu oubliée et si fascinante, qui, avant Rome, a tellement été importante en Italie et au-delà.

L’infanticide, regard d’un historien. La Bretagne au début du XIXe siècle

Lundi 8 avril 2019

« L’infanticide, regard d’un historien. La Bretagne au début du XIXe siècle »
Monsieur Pierre BRULE

Dans le temps et l’espace des sociétés humaines, le refus de l’enfant a pris et prend plusieurs formes : qu’on l’appelle exposition, abandon (si pratiqué en France jusqu’au XXe siècle), avec ses corollaires : le vol et le trafic d’enfants (90 000/an, en Chine aujourd’hui), le refus de soins, le fœticide féminin (une cause des dizaines de millions de femmes manquantes aujourd’hui en Extrême-Orient), et sa forme paroxystique : l’infanticide. Le regard porté sur ces meurtres ne sera ni moral, ni criminaliste, ni doloriste, mais anthropologique et historique à l’aide d’un exemple bien circonscrit dans le temps et dans l’espace : la Bretagne du début du XIXe siècle. Historien, mon analyse dépend de mes sources : ce seront les archives judiciaires, les plus complètes sur ce sujet. Grâce à elles il est possible de dépasser l’émotion de l’instant pour interpréter. Au-delà de l’événementiel de l’infanticide, dans un optique compréhensive, ce sont les communautés des campagnes bretonnes dans leur misère inimaginable qui apparaissent. On décrira les itinéraires qui ont poussé ces malheureuses au crime, d’analyser si possible les logiques économiques, sociales, psychologiques qui ont été les leur. Pour cela il faut entrer dans leurs tactiques, leurs ruses, il faut discerner les réactions de la famille, du voisinage, des autorités. Face à un tableau quasi insoutenable (j’en préviens les éventuels auditeurs), l’historien doit garder sa rigueur, éviter le style exclamatif ; ainsi espère-t-il apporter beaucoup à l’histoire du corps et de la solitude, à celle de la communauté humaine (village, hameau) et, plus encore, celle de la rumeur, du commérage et de la sensibilité à l’égard du nouveau-né.

Le sac de Rome en 1527

Lundi 25 mars 2019 -14h30

« Le sac de Rome en 1527 »
Mr Frédéric BIDOUZE

Au matin du 6 mai 1527, les troupes impériales de Charles Quint commandées par Charles III de Bourbon envahissent Rome et commettent des violences inouïes durant des semaines. Pour une bonne partie des soldats, les fameux Lansquenets luthériens, Rome représente la Babylone de tous les vices et le pape Clément VII l’Antéchrist et la Ville Éternelle offre ses victimes innocentes et ses œuvres d’art à la folie des hommes. Cette conférence revient sur l’un des épisodes les plus tragiques de la chrétienté en même temps qu’elle met l’accent sur les mutations autant politiques, religieuses et artistiques qui se déroulent dans la Rome de la Renaissance. Expression de la bestialité humaine pour les uns et de rédemption pour les autres, le sac de Rome se décrypte aussi par la contemplation de ce que la ville offre encore aujourd’hui à ses visiteurs.

La Retirada et le destin de la République espagnole après le 1er avril 1939

Lundi 26 novembre 2018

« «La Retirada et le destin de la République espagnole après le 1er avril 1939» »
Mr Antoine MERLE Notaire retraité, Conférences en matière juridique et technique dans le cadre sportif.

La première partie de mon intervention a relaté les raisons de la colère espagnole depuis l’exil d’Isabelle II en 1868 jusqu’au dénouement de la guerre civile le 1er Avril 1939. La deuxième partie fera un petit retour en arrière de quatre mois (Décembre 1938 ) qui expliquera la tragédie des républicains dans ces derniers instants de la guerre et la fuite vers la frontière française au travers du Pays Catalan. J’expliquerai les conditions du passage vers « la terre promise » et les illusions perdues, les regroupements dans les divers camps de concentration en France et la vie difficile de ce peuple en déroute. J’aborderai ensuite ce que sont devenus ces républicains depuis 1939 à 1944 et leur esprit de retourner dans leur pays lors de « la reconquista » par le Val d’Aran,. Je consacrerai un chapitre aux enfants devenus orphelins, l’abandon forcé de leurs parents et vers quelle destinées ils ont errés, enfin je terminerai par le portrait des hommes « célèbres » tant du côté républicain que du côté nationaliste, une tranche de leur vie, leur importance et le rôle qu’ils ont joué pendant cette guerre d’Espagne.

Petit précis d’histoire napolitaine

Lundi 5 novembre 2018

« Petit précis d’histoire napolitaine »
Mr Robert Castello

Fondée par des colons grecs au VIIe siècle avant J-C,Naples deviendra à l’époque de la domination romaine une terre de villégiature recherchée . Passée sous domination byzantine,la ville sera plus tard conquise par les Normands,les Angevins,les Aragonais,les Espagnols,les Bourbons et pour finir les Piémontais. Naples reçoit,accueille,séduit et assimile ses maîtres du moment qui ont laissé dans la ville leur marque plus ou moins profonde. Par leur présence ces maîtres étrangers contribuèrent à renforcer le caractère cosmopolite de l’art napolitain. Véritable condensé de l’histoire occidentale,la cité parthénopéenne traversée par les tremblements de terre et les éruptions volcaniques , demeure une ville en sursis qui continue à exercer sur le visiteur son obscène et fascinante séduction.

L’Homme de Néandertal revu et corrigé, désormais fréquentable

Lundi 8 Octobre 2018

« L’Homme de Néandertal revu et corrigé, désormais fréquentable »
Monsieur Jacques JAUBERT Professeur de Préhistoire, université de Bordeaux, laboratoire PACEA UMR 5199

On connaît l’Homme de Néandertal, notre plus proche “cousin” de la lignée humaine depuis la fin du XIXe siècle. Il n’est plus la sombre brute telle qu’on le décrivait jadis. Et n’est-il qu’Européen ? Est-il notre ancêtre ou seulement notre prédécesseur ? Nous évoquerons son portrait, son environnement, son alimentation, son économie, ses techniques, ses cultures et ses pratiques funéraires ou symboliques. On sait qu’il fréquentait désormais le tréfonds des grottes et y a aménagé d’étranges structures. Il se parait d’ocre, utilisait le manganèse, des plumes, gravait ici ou là quelques marques sur des ossements, des pierres et même la paroi de grottes. Sa disparition intrigue le grand public et divise encore les chercheurs. On conclura en le comparant aux premiers Hommes modernes, les Homo sapiens dont nous sommes les descendants directs, mais – le saviez-vous ? – avec une discrète part de patrimoine génétique néandertalien.

La Commune de Paris, Une tragédie franco-française (18 mars – 28 mai 1871

lundi 12 mars 2018

« La Commune de Paris, Une tragédie franco-française (18 mars – 28 mai 1871 »
Monsieur Frédéric BIDOUZE Agrégé d’histoire, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, Directeur de l’université du Temps libre Aquitaine de Pau (UTLA)

La Commune de Paris est devenue avec le temps le symbole d’une mémoire sociale française qui s’est élevée au rang des sacrifices pour une société d’avenir. L’émotion est partout, derrière les milliers de victimes de la semaine sanglante et le triomphe d’un pouvoir bourgeois implacable incarné par Adolphe Thiers. Pourtant, l’histoire de la Commune de Paris n’est pas qu’un miroir des passions françaises mais une réalité tragique qui tient à une conjoncture de guerre et d’occupation prussienne, à une société française hostile à une nouvelle révolution jacobine (après 1830 et surtout 1848) et surtout à un scenario où se mêlent colère sociale et grande diversité politique.

Regards sur le monde des prisons de l’entre-deux-guerres

Lundi 5 mars 2018

« Regards sur le monde des prisons de l’entre-deux-guerres »
Madame Fabienne HUARD-HARDY Enseignant-Chercheur / Département de la recherche et de la documentation de l’ENAP. Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au domaine Pénitentiaire CIRAP

Dans les séries noires, les investigations conduisent, ou pas, à l’arrestation des coupables. En général, l’histoire se termine là où le suspens s’arrête. Mais qu’en est-il de l’après ? Suivant les époques et les crimes, c’est le bagne ou la prison qui attend les « méchants », la gloire et la promotion pour celui qui a résolu l’enquête. C’est en noir et blanc, au fil des clichés du fonds photographique d’Henri Manuel que la prison de la Troisième République va vous êtes révélée. Cet ensemble photographique de plus de 800 clichés, unique en son genre, offre une vision très particulière de la prison des années 30. Les protagonistes de cette grande histoire sont en effet saisi par le photographe dans les aces qui caractérisent le plus leur quotidien. Des surveillants aux aumôniers sans oublier les détenu(e)s, tous sont figés sur les plaques photographiques, à visage découvert. L’univers carcéral se livre petit à petit au fil des clichés qui sont parvenus jusqu’à nous. Un petit monde, serré entre ses hauts murs, souvent au centre des villes, juste à côté de libre turbulence urbaine. Le monde de la prison suit son propre rythme dicté par la réglementation pénitentiaire et l’application des peines : microcosme polarisé entre ceux qui surveillent et ceux qui sont surveillés. Cette intervention a pour objectif de dresser un tableau le plus exhaustif possible de ce monde carcéral de l’entre-deux-guerres.

Robert Fortune, espion du thé dans la Chine interdite (Calcutta-Hong Kong-Darjeeling)

Lundi 29 janvier 2018

« Robert Fortune, espion du thé dans la Chine interdite (Calcutta-Hong Kong-Darjeeling) »
Madame Catherine BOURZAT

1848. Un ressortissant britannique fait terre dans la nouvelle colonie de Hong Kong. Il est botaniste. Son nom est Fortune. Robert Fortune. Fortune est porteur d’un ordre de mission du gouverneur général des Indes. Il s’agit de percer tous les secrets du thé chinois, de rapporter le plus de plants de théiers possible, plus quelques gaillards chinois suffisamment qualifiés dans la production du thé. Le secret est très bien gardé. L’empire de Chine est interdit aux étrangers. Qu’importe. Au péril de sa vie, Robert Fortune entreprend une quête inouïe, qui le conduit aux sources du thé, au cœur de la Chine interdite. L’histoire d’un collectionneur d’étoffes tribales, deux nouvelles entrelacées autour du secret de la porcelaine, un répertoire mirobolant de l’imaginaire du monde chinois, un carnet de recettes de l’Inde…, les livres que signe Catherine Bourzat ont toujours l’Asie pour théâtre. En 2005, avec « Voyages aux sources du thé », elle remonte la piste du thé dans ses pays producteurs asiatiques. Un road book qui décrypte un produit de plus en plus apprécié des Français, tout en restant un grand méconnu. C’est sur ces routes du thé qu’elle croise pour la première fois les pas du botaniste écossais Robert Fortune.

Histoire des techniques : 2 000 ans d’exploitation minière des métaux

LUNDI 12 JUIN 2017

« Histoire des techniques : 2 000 ans d’exploitation minière des métaux »
Mr Claude DUBOIS Archéologue, docteur en histoire des techniques, spécialiste des mines métalliques. Chargé de mission association Pyrène. Auteur d’une quarantaine d’articles scientifiques suite à des fouilles archéologiques et des recherches historiques sur des sites miniers, métallurgiques et forestiers de l’Antiquité au XIXème siècle. Dernière publication : Mangeuses d’hommes. L’épopée des mines de Bentaillou et de Bulard en Ariège, Privat ed., 2015, 356 pages, 18 €. Travaux en cours : fouille de la fonderie d’argent et de plomb, XIXe siècle, de Vialas, en Lozère ; recherches historiques et de terrain sur la grande mine de manganèse de Las Cabesses à Riverenert, Ariège ; prospections d’archéologie forestière dans les Pyrénées ; recherches historiques sur les Simon, industriels miniers et escrocs ; participation à la fouille minière et métallurgique de Castel-Minier, à Aulus en Ariège, site pour argent, plomb, cuivre et fer, XIIIe-XVe siècles.

: Il y a environ 9 000 ans, l’homme commençait à utiliser du cuivre. Depuis il n’a cessé d’employer toujours davantage de métaux. Il s’est fait prospecteur pour découvrir les gisements de minerais et mineur pour les exploiter. Comment, au cours du temps, ont évolué le creusement de la roche ; l’éclairage ; l’évacuation des eaux ; le transport du minerai ; la circulation des mineurs ; la stabilité et la sécurité ; l’organisation des chantiers d’extraction et la préparation des minerais avant que la métallurgie puisse en extraire du métal pur ? Au-delà de l’histoire des techniques, nous découvrirons les conditions de travail des mineurs.

LA MAGIE AMOUREUSE DANS L’ANTIQUITE

LUNDI 15 MAI 2017

« LA MAGIE AMOUREUSE DANS L’ANTIQUITE »
Mr Pierre BRULE Historien de la Grèce antique, professeur retraité de l’Université de Rennes II, auteur de nombreux ouvrages sur la Grèce antique.

La magie et tous ses artifices, voilà tout ce qui reste à la femme et à l’homme qui tentent de reconquérir son amant(e), à celle et celui qui exècrent sa/son rival(e), qui vivent une même douleur d’être délaissés. Mais qui pourrait croire qu’une véritable histoire de la magie amoureuse est possible dans l’Antiquité ? Elle l’est dans l’Egypte gréco-romaine où les sources sont les plus riches, je vous y conduirai.

Histoire de l’Institution pénitentiaire

LUNDI 10 AVRIL 2017

« Histoire de l’Institution pénitentiaire »
Mr Jean-François ALONZO Formateur chargé des enseignements d’histoire pénitentiaire

Cette intervention a pour objectif de donner un aperçu historique sur les prisons à travers les structures d’enfermement, les personnels et les détenus .

LE TEMPS DES BASTIDES

LUNDI 27 MARS 2017

« LE TEMPS DES BASTIDES »
Monsieur Denis GAUTHIER : Professeur agrégé honoraire

Limité, ce Temps des Bastides n’a duré que 151 ans de 1222 à 1373. Et pourtant plus de 400 Bastides furent alors fondées sur un territoire qui représente aujourd’hui seize départements. Elles forment encore la trame des petites villes du Sud-Ouest, avec des noms évoquant leur statut (Villefranche, Villeneuve, La Bastide…) ou se rapportant à des grandes villes étrangères (Barcelone, Grenade, Fleurance, Cologne, Bruges…). Ces Bastides ont permis la sédentarisation d’une population, en forte augmentation depuis 1100, dans un grand « Jeu d’Echecs » à l’échelle d’un territoire, entre Comte de Toulouse et Roi de France d’abord, puis entre Roi de France et Roi d’Angleterre Duc d’Aquitaine ensuite. Ce mouvement reprend le tracé organisé d’une agglomération, utilisé dans l’Antiquité mais abandonné depuis plusieurs siècles. Il apparaît aujourd’hui remarquable de modernité dans sa planification d’un développement urbain.

LES MARMOUSETS

LUNDI 6 FEVRIER 2017

« LES MARMOUSETS »
Monsieur Guillaume CANOVAS : Professeur agrégé d’histoire, docteur en Histoire médiévale, spécialisé en Histoire des religions et Histoire des sciences

Au XIVème siècle, dans le contexte troublé de la Guerre de Cent ans, la monarchie française doit faire face à la faillite de ses rois. L’Etat va alors susciter la conscience du Bien Public pour faire émerger une première expérience technocratique. C’est cette « diabolique invention » que cette conférence se propose justement de dédiabolisée.

LES ROYAUMES ANGEVINS EN ITALIE

LUNDI 9 JANVIER 2017

« LES ROYAUMES ANGEVINS EN ITALIE »
Monsieur Robert CASTELLO : Enseignant en histoire de l’art – Conférencier

En 1266, CHARLES 1ER d ANJOU, frère cadet de SAINT LOUIS mit brutalement fin, lors de la bataille de BENEVENTO au règne des HAUHENSTAUFEN en Italie du sud et en Sicile. Cette victoire angevine allait consacrer plus de cent soixante-dix ans de présence française en Italie méridionale et faire de Naples, la nouvelle capitale du royaume, une ville profondément marquée par le style gothique.

LE PAYSAGE DES GRECS ANCIENS

Lundi 12 décembre 2016

« LE PAYSAGE DES GRECS ANCIENS »
Madame Hélène BECTARTE Enseignante certifiée en histoire-géographie / Docteure en histoire ancienne

Le paysage est ce que l’on voit d’un environnement. Il n’est de paysage que perçu. Cette perception dépend des humeurs, des goûts, de la culture… de la personne qui embrasse un paysage. Cette notion vaut pour la société grecque antique. Les Anciens ont une sensibilité paysagère : plusieurs sources l’attestent. Concernant le paysage des Grecs anciens, nous nous concentrerons sur les questions suivantes : -Comment reconstituer l’environnement des Anciens? -Quelles sensations les Anciens ont-ils de leur environnement ? -Comment se le représentent-ils ? Afin de répondre à ces questions, nous nous appuierons sur des sources variées : la littérature bien sûr, mais aussi l’archéologie et l’iconographie.

LES ARCHIVES, UN PATRIMOINE A (RE) DECOUVRIR

Lundi 10 octobre 2016

« LES ARCHIVES, UN PATRIMOINE A (RE) DECOUVRIR »
Monsieur Stéphane CAPOT Directeur des Archives départementales de Lot-et-Garonne

Dans l’esprit du public, le mot « archives » est souvent flou et ambivalent. Il renvoie au passé, il a un parfum de mystère, on ne sait pas exactement ce qu’il recouvre et on se demande quelle peut être son utilité. Or, depuis que les hommes consignent leur activité par écrit, la question d’en conserver les traces se pose. En France, depuis la Révolution, un réseau public d’archives s’est progressivement mis en place : Archives nationales, départementales, municipales… Quelles sont leurs missions actuelles ? Quelles ressources offrent-elles pour retracer l’histoire de sa région, de sa commune, de sa famille, de sa maison ? A l‘heure de la société numérique, quels sont les enjeux, les évolutions voire les risques ?

QU’EST-CE QUE LA PARENTÉ ? CE QUE NOUS ENSEIGNENT L’HISTOIRE ET L’ANTHROPOLOGIE

Lundi 07 mars 2016

« QU’EST-CE QUE LA PARENTÉ ? CE QUE NOUS ENSEIGNENT L’HISTOIRE ET L’ANTHROPOLOGIE »
Monsieur Jérôme WILGAUX Agrégé d’histoire, maître de conférences en histoire ancienne à l’Université de Nantes, Jérôme Wilgaux consacre ses recherches à l’étude de la société et de la culture grecques antiques. Ces dernières années, ses écrits ont plus particulièrement porté sur les structures de parenté, ainsi que sur les manières dont le corps a été pensé et interprété en Grèce ancienne.

Nul ne contestera que ces quarante dernières années ont été marquées, en France comme dans les autres pays occidentaux, par un profond renouvellement de l’“ordre familial”. La “révolution sexuelle” et la diversification des formes d’unions, les redéfinitions de l’autorité au sein de la famille, les modifications apportées aux règles de filiation et de transmission, le développement de nouvelles techniques de reproduction, sont autant d’évolutions radicales qui ont eu pour effet de dissocier ce qui était auparavant uni dans le cadre du “sacro-saint mariage”, à savoir l’alliance, la filiation, la sexualité et la procréation. Ces évolutions nous invitent bien sûr à nous interroger sur ce qu\’est précisément la parenté, sur son rôle social et symbolique, et c\’est un détour par l\’histoire et l\’anthropologie que nous proposons dans cette conférence, afin de montrer la variété des définitions du lien parental selon les cultures envisagées. En remontant aux Grecs anciens (aux écrits philosophiques d\’Aristote par exemple, ou bien à la tragédie de Sophocle, Œdipe Roi), en portant notre vue « au loin », c\’est-à-dire en examinant les leçons de l\’anthropologie, nous essayerons dès lors de montrer quels sont les fondements sociaux et culturels de ces liens si particuliers qui unissent ceux qui se considèrent comme membres d\’une même famille.

LA MOSAIQUE ANTIQUE EN SICILE

Lundi 25 janvier 2016

« LA MOSAIQUE ANTIQUE EN SICILE »
Monsieur Robert CASTELLO Enseignant en histoire de l’art – Conférencier

Les Romains empruntèrent aux Grecs l’art de la mosaïque. Ils contribueront à sa diffusion dans l’ensemble du monde antique. Désormais chaque province présentera un certain nombre de caractéristiques permettant de les distinguer des autres écoles. La Sicile subira ainsi l’influence combinée de l’Italie et de L’Afrique du Nord comme en témoigne l’extraordinaire décor de la villa Del Casale, le plus important ensemble de mosaïques de toute l’antiquité.